Mille et un cinéma(s)

Seuls les anges ont des ailes

Réalisé par Howard Hawks en 1939

Avec : Cary Grant –Jean Arthur – Rita Hayworth – Richard Barthelmess

Au cours d'une escale à Barranca, un petit port bananier d'Amérique du Sud, Bonnie Lee, une danseuse de music-hall, rencontre Joe Souther et Les Peters, deux pilotes d'une compagnie assurant le transport du courrier. Joe doit accomplir une mission. Mais durant son vol, le temps s'aggrave et ce dernier refuse de revenir à la base, malgré les ordres de Geoffrey Carter, le patron de la compagnie.

Seuls les anges ont des ailes

Dans ses films d'action du début des années 30 comme La patrouille de l'aube ou Brumes, l'amitié sans failles d'hommes confrontés à leurs métiers dangereux constituait le thème favori de Hawks. Ici, il l'applique au mélodrame, créant le ton à la fois héroïque, comique et romanesque que l'on retrouvera dans Le port de l'angoisse ou Rio Bravo. Le film contient plusieurs scènes d'aviation remarquables dont le suspense est particulièrement efficace.

Seuls les anges ont des ailes

Cary Grant change de registre en incarnant Geoffrey Carter, cet aventurier, séducteur, très indépendant et très peu gentleman, prêt à tout pour sauver sa compagnie d’aéropostale. A ses côtés, deux excellentes actrices : Jean Arthur, en célébrité du music-hall, qui essaie de le courtiser et Rita Haworth, révélé au public par ce film, dans le rôle de Judy, l'ancienne conquête de Geoffrey, accompagnée de son mari, un pilote connu pour sa couardise.

L’intrigue sentimentale est plutôt reléguée au second plan laissant la part belle à l’aventure des transports aériens de l’époque et toutes les difficultés que cela implique, à la fois pour le matériel et pour les hommes, afin d’assurer tant bien que mal une liaison dans un secteur très difficile d’accès. L’esprit communautaire et solidaire entre pilotes est très bien rendu et on s'attache à la fine équipe, on savoure les moments de fête, on s’émeut des heures sombres.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article